Communauté de Communes PORTE de MAURIENNE

Com-com[1]

1  –  Consensus au Conseil communautaire du 22 juin, où tous les rapports ont été votés à l’unanimité.

Tout juste quelques réserves  –  mais qui ne concernaient pas la COM-COM  –  sur les propos du responsable de Pôle Emploi. Par exemple, à Bernard FARGEAS, Maire de Montsapey, qui pointait le nombre important de travailleurs détachés dans le chantier du Lyon-Turin, il a été répondu que les employeurs n’avaient pas intérêt à recourir aux détachés mais qu’ils ne trouvaient pas suffisamment de personnel en Maurienne, et que les salariés étaient payés comme les Français. Cette dernière affirmation n’est que partiellement exacte : les cotisations sociales sont celles du pays d’origine.

2  –  La vie des habitants était bien présente dans les débats, puisqu’il a été question :

  • de chômage, en régression dans la vallée, mais qui touche encore 3 500 personnes par an dont 441 à Aiguebelle. 1 000 jeunes par an, dont une centaine de Porte de Maurienne, s’adressent également à la Mission Locale Jeune. Ils sont statistiquement plus diplômés qu’ailleurs, mais la clé prioritaire pour accéder à l’emploi est … le permis de conduire. Les jeunes d’Aiguebelle sont fort intéressés par le dispositif « garantie jeune » qui est un accompagnement collectif vers l’emploi, avec un très petit salaire (461 € par mois) moyennant l’engagement d’accepter tout type d’emploi (partiel, complet, CDD, intérim…)
  • des forêts privées, pour lesquelles une convention sera passée avec les Sylviculteurs des Hurtières
  • de 170 km de sentiers de randonnée qui vont être aménagés, pour un coût de 88 000 € aidé à hauteur de 25 000 € par le Conseil départemental
  • de l’office du tourisme qui se développe
  • de la santé, pour lancer les premières opérations d’une maison de santé
  • de l’Ecole de Musique, dont la gestion va passer au SPM
  • du Haut-Débit, pour lequel la délibération favorable au versement de 588 000 € en 10 ans, demandés par le Conseil départemental, a été prise, sous réserve que la commune de Montsapey soit aussi desservie, et que les fibres mises en place à Epierre soient reprises par l’entreprise délégataires (moyennant contrat avec Fibrea)

Enfin, la roselière (station d’épuration) prévue sur zone économique de La Pouille, aux nombreux lots inoccupés, coûterait 144 000 € HT. Cette dépense sera financée en partie par une contribution de 100 000 € de Péchiney, dont l’usine implantée sur la zone a fermé il y a maintenant de nombreuses années.

Ce n’est donc pas ce poste qui justifie les emprunts annoncés dans la presse par le Président, mais l’agrandissement de la crèche intercommunale.

Publicités

Des nouvelles des anciens patrons de SPIREL (Plus de 200 salariés licenciés dans cette entreprise de St Rémy de Maurienne)

SOMFY 2015

Une famille très fortunée, un État lésé, et pour les salariés …

2è jour marche 2

Ex bâtiments Spirel – St Rémy de Maurienne –  Juin 2016

Créé en 1960, SOMFY, est, aujourd’hui, leader mondial de l’automatisation des ouvertures et fermetures de la maison et du bâtiment et des systèmes d’alarme.
Présent sur les 5 continents, coté en Bourse , ce groupe est cependant resté familial avec pour actionnaire majoritaire, la famille Despature.

Somfy affiche, depuis longtemps, une solide santé financière, confortée en 2015 par de nouvelles hausses de chiffre d’affaires et de résultat.

Les principaux bénéficiaires en sont les actionnaires.
– Montant annuel moyen des dividendes ordinaires versés  :  40 millions €  auquel s’ajoute en 2014, un dividende exceptionnel de 392 millions €.
– Destruction volontaire de 436 800 actions en 2015 (voir nos explications), soit un montant de 88 millions € parti en fumée.
– Plus value boursière représentant 22 fois la mise de départ.

 A l’inverse, l’Etat et la collectivité sont pénalisés
– Pratique des prix de transfert visant à réduire l’impôt sur le bénéfice
– Forte réduction du taux effectif d’imposition : 10% du résultat en 2015 (22% en 2014)
– Aides versées à fonds perdu : le CICE d’un montant annuel de 2 millions € et le CIR de 4 millions €  noyés dans le dividende exceptionnel et la destruction d’actions.
– Exil Suisse et Belge de membres de la famille Despature, principal actionnaire.

Quant au personnel salarié et intérimaire, les informations données sont si peu précises, qu’il est difficile d’en dégager une analyse cohérente. Le principal constat possible est la baisse des effectifs en France, au profit de la Pologne et de l’Europe du Sud.

Et  les ex salariés  de Spirel, ex filiale savoyarde, en lutte pour faire reconnaître le préjudice subi sont traités avec un profond dédain.

LIRE la SUITE de l’ARTICLE dans : http://www.cuisinedespatrons.com/somfy-2015

Retour sur la BIENNALE D’ICI et D’AILLEURS

Samedi 4 et dimanche 5 juin, la Compagnie du Grabuge, chargée de la 2ème biennale de Maurienne, produisait le résultat de son travail avec des dizaines d’habitants de la vallée, dont de nombreux étaient  venus de « Porte de Maurienne ».

Que ce soit à St Julien Montdenis ou, 15 jours plus tard, à Rivoli, le résultat fut d’abord une émouvante tranche d’humanité et d’optimisme.

géraldine et Reno 3

St Julien Montdenis . Répétition 

 

Rivoli groupe 2

Rivoli . Avec les danseurs de la Cie EgriBiancodanza

Nous aurions aimé, bien entendu, des intermèdes musicaux plus longs, ou une plus grande diversité des textes, ou encore une mise en scène plus travaillée, mais la qualité des productions et le bonheur évident des participants ont vite gommé tout le reste.

 

Il parait que certains élus n’auraient pas apprécié le thème : l’immigration.

Pourtant, ils auraient quelques leçons à prendre de la Compagnie du Grabuge qui est allée au devant des gens pour créer, avec eux, en acceptant que leur apport puisse faire évoluer son projet initial.

Oui, faire avec les gens, ne pas décider à leur place … A quand un cahier des charges de ce type pour les élus ?

Internat du collège de St Etienne de Cuines : Département désavoué, hier, au Conseil départemental de l’Education Nationale.

Hier, mardi 21 juin, le CDEN a refusé la suppression de l’internat de St Etienne de Cuines par 13 voix contre 9 et 1 ou 2 abstentions.

2è jour marche 10

L’Inspecteur d’Académie a tenté de sauver la mise du conseil
départemental en précisant que ce vote était « seulement consultatif ».
Il n’empêche… Après le refus du Conseil d’Administration du Collège,
nous avons maintenant le refus du Conseil Départemental de l’Education
Nationale de voir disparaître l’internat.
Merci aux organisations syndicales qui ont voté unanimement pour le
maintien de l’internat, à C. Ch. qui a porté une argumentation
solide, à W. M. qui a pu apporter d’utiles démentis à quelques
contre-vérités énoncées par le Conseil départemental.

Jacqueline Dupenloup, maire de St Alban des Villards

CARNAGE à St COLOMBAN des VILLARDS

 

Voici ce que nous écrit  Mme le Maire de St Alban des Villards :

« GAEC de la Fia entre 7h et 14 h ce 16 juin : 1 brebis, 1 cabri, 35 
agneaux tués. 15 agneaux blessés à abattre. Troupeau redescendu à la 
bergerie, sous une pluie battante. Les deux patous : un terré depuis le 
retour à la bergerie au milieu des brebis, l’autre disparu. Peu de bêtes 
consommées en fait (3 ou 4 pas plus). Tuées pour être tuées. J’en 
pleurerais.

Mardi, la bergère gardait. Elle a vu le loup au milieu du troupeau, elle 
a crié, il est parti : 2 agneaux et une brebis tués.
FR3, ce soir, m’a demandé si on était bien sûr que c’était des loups. Non 
monsieur, ce sont des Kosovars. Pourquoi pas ? »

tiff infomation

tiff infomation

Samedi dernier, nous étions à St Colomban des Villards pour assister à la Veillée en Belledonne qui y était organisée. Le thème de la soirée : « la montagne au féminin ». Parmi ces femmes qui font vivre ces territoires, une éleveuse de brebis …

Insupportables pour les éleveurs et les élus, ces incursions incessantes du prédateur ! 

Première « édition » des APEROS du CAC : Vendredi 17 juin à Aiguebelle

Sans vous ...

J’ai le plaisir de vous inviter à notre rencontre

« Les apéros du CAC »

 Vendredi 17 juin, à partir de 18h30

Au Café de la poste, Grande rue à AIGUEBELLE

 

 

Quelles sont vos préoccupations ? Selon vous, que faudrait-il changer en priorité pour vivre mieux ?

Nous avons tous une idée sur cette question. Si vous nous faites l’honneur de votre présence, nous échangerons à partir de vos points de vue.

Notre démarche s’explique, bien sûr, par la proximité des élections présidentielles. En effet, les Français pensent qu’elles sont les seules qui pourraient changer leur vie, mais elles fonctionnent en définitive comme une machine à ne rien changer …, sauf si nous parvenons à introduire un grain de sable dans leur mécanique.

 C’est vrai, chacun d’entre nous ne peut seul changer le monde. Mais, sans l’engagement de tous, nos dirigeants ne le peuvent pas non plus et les grandes choses réalisées dans notre pays l’ont toujours été quand le peuple y a participé activement.  

 Faisons ensemble de la politique, autrement !

 Pour changer, il faut faire l’effort de partager nos expériences, échanger nos avis, réfléchir en
commun, puis intervenir ensemble. 
C’est un long chemin : il faut s’y mettre de suite !

 Si nous l’estimons nécessaire, nous pourrons poursuivre ces échanges, auxquels je m’engage à assurer le maximum d’audience.

Christiane LEHMANN, Présidente du CAC

Maintien de la cuisine et de l’internat du collège de St Etienne de Cuines !

En guise de vœux 2016, la conseillère départementale du canton de St Jean de maurienne annonçait que le Département entendait fermer la cuisine du restaurant et l’internat du collège de St Etienne de Cuines. La nouvelle a entraîné une grève du personnel, une manifestation, un vœu unanime du conseil communautaire de la « 4C » et une pétition de plusieurs centaines de signatures.

Comme toujours en ce cas, pour le conseil départemental auteur du projet, ce n’est jamais sa politique qui est mauvaise, c’est un « défaut de communication ».

Il a donc communiqué : une réunion de deux heures qui s’est terminée par ce mot de la vice présidente : « … c’est nous qui décidons et ce sera comme ça … » et aujourd’hui on entend parler de fermeture de postes. La forme et le fond se rejoignent toujours !

Nous pensons qu’il faut cesser cette politique de regroupements et de mutualisations, dont l’ampleur met désormais en péril la vie locale, vide le service public et la société de l’humanisme dont ils sont porteurs, génère le chômage.

Le conseil communautaire a pourtant entendu les arguments contre l’internat puisqu’à bulletin secret, il a approuvé la suppression de l’internat. C’est un mauvais coup pour les familles, la même politique qui conduit la Région à envisager de supprimer les subventions à « L’école de la 2ème chance », celle qui prend en charge les jeunes sortis sans diplôme du système scolaire.

Raison de plus pour aller plus loin sur la cuisine : il est possible d’en construire une  neuve, sur des terrains publics à côté du collège, qui pourrait servir aussi aux élèves des écoles environnantes.  Il faut proposer ce contre projet, qui posséderait l’avantage d’unifier les prix du repas pour les familles, au conseil départemental.

https://www.change.org/p/patrice-contre-la-fermeture-de-l-internat-du-coll%C3%A8ge-de-st-etiennede-cuines?recruiter=61529803&utm_source=petitions_show_components_action_panel_wrapper&utm_medium=copylink