Communauté de Communes PORTE de MAURIENNE

Com-com[1]

1  –  Consensus au Conseil communautaire du 22 juin, où tous les rapports ont été votés à l’unanimité.

Tout juste quelques réserves  –  mais qui ne concernaient pas la COM-COM  –  sur les propos du responsable de Pôle Emploi. Par exemple, à Bernard FARGEAS, Maire de Montsapey, qui pointait le nombre important de travailleurs détachés dans le chantier du Lyon-Turin, il a été répondu que les employeurs n’avaient pas intérêt à recourir aux détachés mais qu’ils ne trouvaient pas suffisamment de personnel en Maurienne, et que les salariés étaient payés comme les Français. Cette dernière affirmation n’est que partiellement exacte : les cotisations sociales sont celles du pays d’origine.

2  –  La vie des habitants était bien présente dans les débats, puisqu’il a été question :

  • de chômage, en régression dans la vallée, mais qui touche encore 3 500 personnes par an dont 441 à Aiguebelle. 1 000 jeunes par an, dont une centaine de Porte de Maurienne, s’adressent également à la Mission Locale Jeune. Ils sont statistiquement plus diplômés qu’ailleurs, mais la clé prioritaire pour accéder à l’emploi est … le permis de conduire. Les jeunes d’Aiguebelle sont fort intéressés par le dispositif « garantie jeune » qui est un accompagnement collectif vers l’emploi, avec un très petit salaire (461 € par mois) moyennant l’engagement d’accepter tout type d’emploi (partiel, complet, CDD, intérim…)
  • des forêts privées, pour lesquelles une convention sera passée avec les Sylviculteurs des Hurtières
  • de 170 km de sentiers de randonnée qui vont être aménagés, pour un coût de 88 000 € aidé à hauteur de 25 000 € par le Conseil départemental
  • de l’office du tourisme qui se développe
  • de la santé, pour lancer les premières opérations d’une maison de santé
  • de l’Ecole de Musique, dont la gestion va passer au SPM
  • du Haut-Débit, pour lequel la délibération favorable au versement de 588 000 € en 10 ans, demandés par le Conseil départemental, a été prise, sous réserve que la commune de Montsapey soit aussi desservie, et que les fibres mises en place à Epierre soient reprises par l’entreprise délégataires (moyennant contrat avec Fibrea)

Enfin, la roselière (station d’épuration) prévue sur zone économique de La Pouille, aux nombreux lots inoccupés, coûterait 144 000 € HT. Cette dépense sera financée en partie par une contribution de 100 000 € de Péchiney, dont l’usine implantée sur la zone a fermé il y a maintenant de nombreuses années.

Ce n’est donc pas ce poste qui justifie les emprunts annoncés dans la presse par le Président, mais l’agrandissement de la crèche intercommunale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s