François FILLON : « Le sabre et le goupillon »

« Le sabre et le goupillon », c’était une formule des mouvements ouvriers du XIXème siècle, attribuée au radical-socialiste Clémenceau, pour caractériser la collusion entre l’Eglise et les pouvoirs conservateurs, si  bons pour les riches et si durs pour les faibles.

C’est d’ailleurs pour y mettre fin qu’ont été promulguées, en 1905, les « lois laïques » qui n’ont jamais interdit les signes religieux sur la voie publique, mais organisé la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

En insistant lourdement sur ses engagements catholiques, en s’entourant (comme Laurent Wauquiez) d’animateurs de la « Manif pour tous », voire d’opposants à l’avortement, Fillon ressuscite le passé. C’est ainsi qu’on a pu voir, pour la première fois depuis très longtemps, une de ses porte-parole arborant ostensiblement à la télévision une croix bien visible, sur sa poitrine.

Mélanger politique et religion est toujours porteur d’injustices et de guerre : cette prosélytiste religieuse s’oppose au burkini avec son champion, cette défenseure de la famille, sans doute, au regroupement familial pour les étrangers.

Mais cela resterait anecdotique si, par ailleurs, les orientations économiques et sociales défendues étaient progressistes : le Pape n’a-t-il pas dit : « Nous ne pouvons plus avoir confiance dans la main invisible du marché » (exhortation apostolique Evangelii Gaudium, 24 novembre 2013).

François Fillon, lui, il a confiance. Et, il en rajoute :

  • Augmentation de la TVA, compensant la suppression de l’impôt sur la fortune,
  • Déremboursement, par la Sécurité Sociale, des soins pour les problèmes de santé « non graves »,
  • Suppression de 500 000 emplois dans la Fonction publique,
  • Passage aux 39h, payés 37 dans cette même fonction publique, alors que les salaires y sont bloqués depuis plusieurs années …

Cette politique revancharde, que le président du MEDEF approuve bruyamment, nous ramènerait au XIXème siècle, alors que d’autres analystes mettent en garde contre leurs conséquences catastrophiques pour notre pays, après 30 années d’une même politique.

Le sabre, c’est toujours pour les pauvres ! (1)

A Aiguebelle, le dimanche 26 novembre, 141 personnes ont voté pour François Fillon, et 66 pour Alain Juppé, qui, sous un discours plus humaniste, portait un programme assez semblable.

A y voir de plus près, la « déferlante Fillon »  –  selon les mots du Dauphiné Libéré  –   reste du même ordre que le résultat obtenu par Jean Luc Mélenchon en 2012 …

Il appartient à nous tous de faire en sorte que ce programme et tous ses semblables soient cantonnés à ce score.

Cela demandera certes de faire l’effort de sortir de la routine électorale, des préjugés, ou de l’abstention qui ne sert à rien … Il cela est possible !

(1)  –  Pour tenter d’apaiser l’émotion suscitée par l’annonce de la privatisation de la Sécurité Sociale, le clan Fillon a indiqué qu’un  » bouclier » serait institué pour les plus pauvres. L’ensemble ainsi constitué serait un brûlot destructeur de toute solidarité.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s