22 février 2019: le débat

Débat 22 02 19 - 3

A la marge du « grand débat national » et non « dans son cadre », les associations citoyennes mauriennaises « Traits d’Union » et « Collectif d’action citoyenne » organisent deux débats publics, l’un à Argentine le 22 février et l’autre à Ste Marie de Cuines le 12 mars.  34 personnes (une dizaine excusée) ont participé à la première.

Des « gilets jaunes » participaient, ils en ont été remerciés et une majorité a condamné les pression de l’Etat pour les faire lâcher prise.

Dans le but de partir des préoccupations et des logiques des participants et non de celles du gouvernement, il a été proposé de noter par écrit le sujet que chacun voulait voir traiter au cours de la soirée.

Sans titre-1

Comme il n’a pas été possible de tout traiter, l’un de ces sujets a été tiré au sort pour permettre le dépouillement des autres, puis il a été question de celui qui a été demandé le plus grand nombre de fois.

Le sujet tiré au sort : le revenu universel.

Nous avons convenu que cette proposition était liée à celle du travail, qui est une question fondamentale de la société, bien qu’écartée dans le questionnaire officiel:

  • Le travail est un droit constitutionnel
  • Chacun doit pouvoir vivre de son travail, quel qu’il soit.
  • Tout travail doit être reconnu par la société et donné lieu à rémunération
  • Le travail doit être émancipateur

C’est parce que chacun de ces quatre points évolue en un sens défavorable pour beaucoup que le revenu universel apparait à une majorité comme une solution. Pour que ce soit le cas, il faut que le revenu universel soit d’un niveau équivalent au SMIC. Il doit être universel, c’est-à-dire attribué à tout le monde : le conditionnement aux revenus transforme un droit en aide, et le citoyen en assisté.

Le revenu universel est aussi confondu avec le salaire à vie, qui alterne emploi, formation, retraite pour assurer à chacun un revenu tout au long de la vie.

Dans tous les cas, il s’agit d’une socialisation d’une part ou de la totalité du salaire. La question vient donc immédiatement de son financement : les entreprises ? L’impôt ? Les deux ? Le temps a manqué pour creuser la question, mais l’accord se fait sur la nécessité de prélever sur les dividendes avant de le faire sur le travail.

Le sujet le plus demandé est la justice sociale et fiscale.

La redistribution sociale a un outil : l’impôt sur le revenu, largement réduit par les gouvernements depuis 30 ans. La question n’est donc pas plus ou moins d’impôt, mais mieux d’impôt en augmentant le nombre de tranches, en fixant des taux supérieurs aux 45% actuels, et en incluant le revenu des dividendes. Dans ce cas et seulement dans celui-là, il serait bon de faire participer tous les Français, fusse de manière symbolique. En compensation, la TVA sur les produits de première nécessité doit être réduite.

A contrario, une personne a proposé de rendre la TVA plus progressive à l’image de ce que nous souhaitons pour l’impôt sur le revenu.

Le sentiment que les habitants des zones rurales paient des impôts comme tout le monde, sans en avoir en retour les prestations (écoles, perceptions, hôpitaux, transports…) est largement partagé.

Car transversalement à ces deux sujets traités voisins, de nombreux intervenants ont fait le lien avec le nécessaire aménagement du territoire en faveur des zones rurales, le besoin de  re créer dans ces zones des emplois permanents et des services publics, afin d’enrayer leur désertification.

Les autres sujets proposés, par ordre décroissant du nombre de demandes :

  • Les services publics : le droit à l’éducation, un réseau de transports publics incluant la réouverture des gares, la poste, les hôpitaux de proximité
  • La démocratie : représentative ou participative, la fiabilité de l’information, les perversions du langage…
  • L’écologie : la souveraineté alimentaire en Porte de Maurienne, la préservation de la biodiversité.

_____________________________________________________________

Un questionnaire gouvernemental très orienté

Il suffit de se convaincre de le comparer à celui de l’association « ATTAC »*

*ATTAC Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne

Questionnaire (rapide) du gouvernement

Questionnaire ATTAC

Afin de réduire le déficit public de la France qui dépense plus qu’elle ne gagne, pensez-vous qu’il faut avant tout (1 réponse possible)
·        Réduire la dépense publique
·        Augmenter les impôts
·        Faire les deux en même temps
·        Je ne sais pas
Afin de réduire le déficit public de la France, pensez-vous qu’il faut avant tout :
·        Lutter contre l’évasion fiscale
·        Supprimer les niches fiscales inutiles
·        Augmenter les impôts des plus riches
·        Augmenter les impôts des grandes entreprises (afin de réduire l’écart de taux d’imposition réel avec les PME)
·        Instaurer une taxation des transactions financières
·        Autres
Afin de baisser les impôts et réduire la dette, quelles dépenses publiques faut-il réduire en priorité (1 seule réponse)
·        Les dépenses de l’Etat
·        Les dépenses sociales
·        Les dépenses des collectivités territoriales
·        Je ne sais pas
Afin de baisser les impôts et réduire la dette, quelle(s) niche(s) fiscale(s) proposez-vous de supprimer en priorité ?
·        Le CICE (Crédit impôt compétitivité emploi)
·        Le CIR (crédit impôt recherche)
·        La niche fiscale de l’espace
·        Autre
Parmi les dépenses de l’Etat et des collectivités territoriales, dans quels domaines faut-il faire avant tout des économies ?
·        L’éducation et la recherche
·        La défense
·        La sécurité
·        Les transports
·        L’environnement
·        La politique du logement
Quels prélèvements faut-il baisser ?
·        La TVA (taux 0 pour les produits de première nécessité)
·        Les autres atxes sur la consommation (par exemple sur les carburants)
·        Les impôts sur les Très petites entreprises et les petites et moyennes entreprises
·        Autre

Débat 22 02 19 - 3 (2)

2017: les apéros du CAC

En 2017, avant les élections présidentielles, le Collectif d’action citoyenne avait invité les habitants à venir débattre de leurs aspiration. En 4 séances, avec une soixantaine de participants en tout, 28 propositions avaient été dégagées qui gardent une grande actualité, et c’est pourquoi nous les publions aujourd’hui.

Lors d’une cinquième réunion, nous avions rendu compte des réponses politique à ces propositions, c’est ce travail que vous trouverez ci joint:

(source: les programmes électroniques des candidats. Lorsqu’une case est vide, c’est que nous n’avons rien trouvé sur le sujet. Une même case pour 2 candidats= même proposition pour chacun.)
Ce Ce que nous prpréconisons

Réponses politiques

Mélenchon Hamon Macron Fillon
Une augmentation significative des salaires
SMIC à 1326€ net
Hausse du salaire des fonctionnaires
Augmenter le SMIC
Réduire les cotisations sociales
Abattement sur
les cotisations
sociales
Le versement d’un salaire équivalent au SMIC, au minimum, pour toute activité
Salaire universel d’existence
Allocation
sociale
unique
Le développement des services publics près des gens :justice, santé, énergie, école, transports, communication
· Recruter 60000 enseignants
· Mettre fin à la paupérisation de la justice
· Police de proximité
· Corps de médecins généralistes fonctionnaires
· Reconstruire le service public de l’hôpital
· Développer le ferroviaire
· Maillage des services publics sur tout le territoire
· Recruter 40000 enseignants
· 25 élèves par classe
· Service public de la petite enfance Police de proximité
· Augmentation des moyens de la justice
· Amélioration des conditions de travail à l’hôpital
· Maillage ferroviaire
· Garantie d’un service public à moins de 30 mn
·    Etudes dirigées à 12 élèves par classe en zones prioritaires
·    Services publics tenus d’afficher leurs résultats
·    10000 policiers de proximité
·    Investissement pour la santé : médecine de ville, hôpitaux ; maisons de santé
·    Nouveaux services et développement de l’existant
·     Augmenter le temps de travail des fonctionnaires et supprimer 500 000 emplois
·     Corps de réservistes de la gendarmerie
·     Maisons de santé
·     Cadencement des TER
·     Maisons de services publics
Révision d’ensemble de la fiscalité, diminuant le poids de la TVA au profit d’un impôt sur le revenu plus progressif.
· 14 tranches pour l’impôt sur le revenu au lieu de 4
· Renforcer l’ISF
· Réduire la TVA sur les produits de 1ère nécessité et créer un taux « grand luxe »
La taxe foncière tiendra compte des emprunts
·   Supprimer la taxe d’habitation
·   Taux unique d’impôt sur le patrimoine
·     Supprimer l’ISF
·     Augmenter la TVA de 2%
·     Taux unique d’impôt sur le patrimoine
Traquer toutes les fraudes
Terrasser l’évasion fiscale
Lutte contre l’évasion fiscale
Alourdir les sanctions, amplifier la lutte contre la fraude aux prestations sociales
Maintenir les communes ou les comités de quartier

 

Abroger la Loi NOTRe
Stabiliser les évolutions
Supprimer ¼ des départements
Création d’assemblées de citoyens tirés au sort et d’assemblées de corps intermédiaires (associations et syndicats) qui contrôlent l’action des élus, avec possibilité de sanctions en cas de rupture de mandat.
Budget participatif des communes
Obligation pour les élus de rendre compte de leur action : répondre aux questions, citer la Loi sur laquelle ils s’appuient, rappeler leurs votes
Sanction par référendum
49/3 citoyen
Compte-rendu de mandat via les réseaux sociaux
Améliorer les contrôles de déontologie
Formation à l’esprit critique dès l’école
·    Concentrer sur le « socle des connaissances »
·    Réécrire les programmes d’histoire
Indépendance des médias garantie par l’Etat, notamment par rapport à l’argent
Loi anti-concentration des médias
Transformation du CSA en conseil national des médias, garantissant le pluralisme
Loi anti-concentration des médias
Service public « à l’image de la diversité »
La fin des pouvoirs personnels

(Présidents de la République, des COM-COM, de Région…

VIème république
« Système législatif » et « septennat présidentiel non renouvelable »
Plus de temps aux parlementaires pour contrôler le gouvernement
La généralisation de la gestion tripartite dans le public et le droit pour les salariés d’influencer la conduite de leur entreprise
Reconnaître la citoyenneté dans l’entreprise
Les salariés devront représenter la moitié des CA des entreprises

Pour  les jeunes

Ce que nous préconisons Réponse des politiques
Mélenchon Hamon Macron Fillon
Créer un réseau de lieux d’accueil et de loisir pour les jeunes, gérés  par les jeunes avec des adultes
« Pass culture »
Favoriser leurs déplacements
Créer une véritable démocratie pour les jeunes : partout où ils sont, ils doivent pouvoir donner un avis suivi d’effet sur ce qui les concerne
Ne pas empiler les échecs scolaires en diversifiant les parcours de réussite tout au long de la vie

Ce qui implique de créer un service public de la formation continue et de renforcer celui de l’orientation

Scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans « en adaptant la pédagogie et les parcours »
1 an de congé formation
Etudes dirigées
Former 1 million de jeunes peu qualifiés
Apprentissage
Apprentissage

Il n’existe pas de société juste qui ne doive prendre en compte une vie heureuse pour ses anciens

Ce que nous préconisons

Réponse des politiques

Mélenchon Hamon Macron Fillon
Rester à domicile
Plan d’adaptation des logements
Plan d’adaptation des logements
Un revenu plus élevé que l’actuel minimum vieillesse
Aucun niveau de vie sous le seuil de pauvreté
Augmenter de 50% l’allocation aux personnes âgées
Augmenter le 10% le minimum vieillesse
Augmenter de 30% l’allocation aux personnes âgées
Augmenter le minimum vieillesse de 100€
Pas de retraite inférieur à 1000€
Présence des services publics Déjà traité plus haut
Présence d’une vie culturelle
Un service complet d’assistance : création d’un service public d’accompagnement avec des personnes formées, bien rémunérées
Centres de santé et médecins fonctionnaires
Maisons de santé avec médecins salariés
Maisons de santé
Maisons de santé
Assurance dépendance (privée)
Reconnaître le statut de « l’aidant »
Oui
Oui
Humaniser encore le fonctionnement des EPHAD
Formation et augmentation du nombre de personnel
Répondre aux besoins d’accueil en EPHAD
Créer 10000 places par an en EPHAD

Réduire le pouvoir de l’argent sur le pays

Ce que nous préconisons

Réponse des politiques

Mélenchon Hamon Macron Fillon
Souveraineté du peuple sur les lobbies et la finance
Interdire l’entrée des lobbies au Parlement
Lutter contre la corruption
49-3 citoyens
Publication de la liste des donateurs aux partis politiques
Loi de moralisation de la vie publique
 
Rendre  du pouvoir économique à l’Etat en démocratisant banques et assurances, notamment mutualistes
Pôle public bancaire
     
Créer la citoyenneté dans l’entreprise
Droit de véto
Les salariés occupent la moitié des sièges du CA
   
Lutter contre l’ »optimisation » fiscale
Taxation différenciée
Interdire toute activité dans les paradis fiscaux
Transparence fiscale
Sanctions commerciales contre les paradis fiscaux
Transparence fiscale
Alourdir les sanctions contre la fraude
 
Créer une vraie politique industrielle
Réindustrialiser le pays par l’investissement, les filières, le pôle public de l’énergie et les transports
Modulation de l’impôt et du crédit
100 milliards d’€ pour la rénovation urbaine et thermique
Modulation de l’impôt
Alléger l’impôt
Simplifier la vie des entrepreneurs
Plan d’investissement de 50 milliards d’€
Allègements d’impôts
Faire de la BPI un « fond souverain »
Privatiser la recher
Publicités

François FILLON : « Le sabre et le goupillon »

« Le sabre et le goupillon », c’était une formule des mouvements ouvriers du XIXème siècle, attribuée au radical-socialiste Clémenceau, pour caractériser la collusion entre l’Eglise et les pouvoirs conservateurs, si  bons pour les riches et si durs pour les faibles.

C’est d’ailleurs pour y mettre fin qu’ont été promulguées, en 1905, les « lois laïques » qui n’ont jamais interdit les signes religieux sur la voie publique, mais organisé la séparation de l’Eglise et de l’Etat.

En insistant lourdement sur ses engagements catholiques, en s’entourant (comme Laurent Wauquiez) d’animateurs de la « Manif pour tous », voire d’opposants à l’avortement, Fillon ressuscite le passé. C’est ainsi qu’on a pu voir, pour la première fois depuis très longtemps, une de ses porte-parole arborant ostensiblement à la télévision une croix bien visible, sur sa poitrine.

Mélanger politique et religion est toujours porteur d’injustices et de guerre : cette prosélytiste religieuse s’oppose au burkini avec son champion, cette défenseure de la famille, sans doute, au regroupement familial pour les étrangers.

Mais cela resterait anecdotique si, par ailleurs, les orientations économiques et sociales défendues étaient progressistes : le Pape n’a-t-il pas dit : « Nous ne pouvons plus avoir confiance dans la main invisible du marché » (exhortation apostolique Evangelii Gaudium, 24 novembre 2013).

François Fillon, lui, il a confiance. Et, il en rajoute :

  • Augmentation de la TVA, compensant la suppression de l’impôt sur la fortune,
  • Déremboursement, par la Sécurité Sociale, des soins pour les problèmes de santé « non graves »,
  • Suppression de 500 000 emplois dans la Fonction publique,
  • Passage aux 39h, payés 37 dans cette même fonction publique, alors que les salaires y sont bloqués depuis plusieurs années …

Cette politique revancharde, que le président du MEDEF approuve bruyamment, nous ramènerait au XIXème siècle, alors que d’autres analystes mettent en garde contre leurs conséquences catastrophiques pour notre pays, après 30 années d’une même politique.

Le sabre, c’est toujours pour les pauvres ! (1)

A Aiguebelle, le dimanche 26 novembre, 141 personnes ont voté pour François Fillon, et 66 pour Alain Juppé, qui, sous un discours plus humaniste, portait un programme assez semblable.

A y voir de plus près, la « déferlante Fillon »  –  selon les mots du Dauphiné Libéré  –   reste du même ordre que le résultat obtenu par Jean Luc Mélenchon en 2012 …

Il appartient à nous tous de faire en sorte que ce programme et tous ses semblables soient cantonnés à ce score.

Cela demandera certes de faire l’effort de sortir de la routine électorale, des préjugés, ou de l’abstention qui ne sert à rien … Il cela est possible !

(1)  –  Pour tenter d’apaiser l’émotion suscitée par l’annonce de la privatisation de la Sécurité Sociale, le clan Fillon a indiqué qu’un  » bouclier » serait institué pour les plus pauvres. L’ensemble ainsi constitué serait un brûlot destructeur de toute solidarité.

Des nouvelles du Conseil départemental

Au CONSEIL DEPARTEMENTAL : Décision Modificative N°1

Les départements ne sont pas supprimés, mais force est de constater que le volume de leur activité a fortement diminué : quand il y avait une commission permanente toutes les trois semaines, il n’y en plus qu’une toutes les 6 semaines et ce 21 octobre, on votait la première modification du budget contre deux les mandats précédents.

Qu’on ne vienne pas nous dire que c’est parce que depuis 2014, l’essentiel des subventions passe par le SPM (les contrats territoriaux) : cette gestion s’appuyait sur des salariés dont les emplois étaient largement pris en charge par la Région. Leur avenir est maintenant menacé par la majorité de droite de M.Wauquiez et Mme Bonnivard.

Les changements, proches de 1% du budget primitif, ne donnent guère lieu à commentaire : l’essentiel  était ailleurs.

Dissolution d’Arc Isère

Le Conseil Départemental a en effet voté son retrait des zones économiques qu’il avait promues, dont la zone Arc-Isère, située à l’entrée de notre vallée. Les trois syndicats mixtes seront donc dissouts, ce qui autoriserait les créanciers à demander le remboursement des dettes. Dans le rapport du Président, il était bien annoncé qu’il veillera à la continuité des sites, mais ne précise rien, notamment comment les partenaires restants, c’est-à-dire les communautés de communes, dont « Porte de Maurienne », feront face ni comment ils trouveront les 150 000€ qui manqueront. Sur proposition du syndicat mixte Arc-Isère, il est demandé à l’Etat d’accepter un sursis à exécution. Mais après ?

Le Conseil Départemental n’avait certes pas le choix : la Loi NOTRe lui a retiré la compétence économique au profit de la Région. Pour la même raison, les transports, dont les transports scolaires, passeront au 1er septembre 2017 sous la responsabilité de cette dernière.

Le plus scandaleux est le refus de la Région de prendre le relais des engagements du Département, alors qu’elle va toucher les compensations de l’Etat. Le CAC revendique une subvention de la Région pour notre communauté de communes, d’un montant équivalent à ce qu’apportait le département à Arc Isère.

p10409311COLLEGE  La  Lauzière  à  AIGUEBELLE

Le poste de cuisinier, au collège, resté vacant après un départ à la retraite, n’a pas été pourvu par un titulaire, mais par un vacataire. Dans la fonction publique, c’est souvent ainsi que l’on prépare une fermeture de poste.

Nous craignons donc la suppression de la cuisine du collège, à la faveur de la réfection complète à venir, comme cela va se faire à St Etienne de Cuines.

 

 

SUBVENTIONS départementales pour le canton (en euros)

1  –  Communes

FDEC :  Aiguebelle 40000 – Argentine 18265 – Bonvillaret 67632 – Epierre 7576 – St Alban 66729 – St Georges 22807 – St Léger 3272 – St Pierre 8241

FDTP (hors FDEC) :  Bonvillaret 41000 – Montgilbert 20500 – St Alban d’Hurtières 16000

Amendes de police :  Argentine 7441

Lignes de marché :  St Léger 1000

 2  –  Communauté de communes :  « Cœur de villages » 35000 – consultance architecturale 1440

Les autres communes du canton de St Pierre ont également perçu des subventions pour améliorer la sécurité des routes, des fonds d’urgence pour catastrophe naturelle, des subventions pour l’eau, l’école, le patrimoine …

 3 – Collège

Crédits 2017 : Fonctionnement 65534 – Maintenance 7620 – EPS 8988,97

4 – Associations

Sou des écoles des Hurtières : Fête du lac 1711

FDAL  (Fonds Départemental pour l’Animation Locale)

Ensemble vocal interlude : Concert 200 – FJEP Coisin : Printemps des vins 250 – LouPatouezan du kouezin : Représentation 150 – La cavalerie du Val Coisin : Rassemblement 300 – Les fils d’argent : Manifestations diverses 400 – Les chemins de traverse : Sentiers de Miolans 200 – Ménestrels de Miolans : Concert 400 – Autrefois St Pierre d’Albigny : Tour de chant et conférences 250 – Art(hr)rose : Concerts 200 – Comité d’animation Chateauneuf : Vente de diots 300 – Sou des écoles publiques(lieu non précisé) : Manifestations diverses 200 -ACCA de Champlaurent : Fête patronale 250 -Tennis de l’Arclusaz : Tournoi Rhône Alpes 300 – Association sportive Fréterive : Couscous party  250 – Les amis  du four à pain (St Georges) : Fours du Reposet et Chapelle à Rampeau 150 – Chamousset culture et sports : Fête de la St Maurice 200 – Ecole de musique Chamoy art : Manifestations diverses 250 – Créart Aiguebelle : Lez’arts d’avril 250 – Cruet nature et patrimoine : Journées de la mémoire 200 – St Pierre sport foot : Initiation au foot 300 – L’air du temps : Après-midi musical 150 – Chamoux culture animation : Exposition photos 250 – Comité des fêtes de Betton-Bettonet : Repas dansant 200 – Sou des écoles d’Aiton : Voyage à travers le temps pour classes de CP et CE1 200 – Comité des fêtes de St Alban : 8ème trail de l’Albarine 250 – Club des aînés ruraux la cascade : Concours de boules 150 – Sou des écoles d’Aiguebelle : Carnaval  300 – Terres et pierres : Diaporama et concerts 150 – Aiguebelle en fête : Feux d’artifice 500 – Amicale boule de Chamoux : Concours de boule lyonnaise 200 – Montsapey avenir et patrimoine : Projection et conférence 200 – Anciens combattants : Manifestations commémoratives 700 – Vergers de la Lauzière : Journée de la pomme 200 – Tennis de table Epierre : Regroupements de tennis de table 150€ – OT Porte de Maurienne : Echappée belle 300 – Zumb  Aiguebelle : Zumba dans la mousse 200 – Amicale bonaventure : Pique-nique pour les aînés 200 – Argentine autrefois pour demain : Marché artisanal 200 – Amicale des donneurs de sang Aiguebelle : 30 ans du jumelage 300 – Sauvegarde du patrimoine Epierre : Inauguration salle des fêtes 150 – Les Rioulards : Vogue du village 150 – Union sportive d’Aiguebelle : Stage de Pâques 250 – Club des aînés de l’Arclusaz : Spectacle 45 ans du club 400 – Foyer rural d’Aiguebelle : Journée du foyer 400 – FJEP Coisin : Danse  150 – Amicale des donneurs de sang Combe de Savoie : Congrès départemental 500 – Ceps de St jean de la Porte : Concert rock 200 – Art’atouilles and co : Festiv’art’atouille 200 – Groupe des Hurtières : Gala des Hurtières 200 – Amis de l’orgue de St Pierre d’Albigny : Concert d’orgues 250 – Le val enchanté : Soirée dansante 200 – St Pierre sports gymnastique : Gala d’hiver 250 – Comité de jumelage St Pierre d’Albigny : Manifestations diverses 500 – Sou des écoles Villard-léger : kermesse 200 – Yoga et relaxation : séances 150

Nous avions, l’année dernière, demandé à nos conseillers départementaux de publier ces subventions ainsi que les critères d’attribution … En vain !

Quand aux critères liés aux projets qu’ils nous avaient indiqués pour justifier leur choix, on peut s’interroger, au vu de l’intitulé de certaines actions. On a plutôt l’impression d’un saupoudrage avec une enveloppe globale, rappelons-le, diminuée du tiers !

Les associations ne sont pas égales, ni en coût des projets, ni en nombre d’adhérents. Saupoudrer 14 000€ de manière majoritairement égale entre elles ne nous semble guère judicieux. Comme elles sont toutes respectables, le mieux serait de définir les critères avec elles …

 

Prochain « APERO » du CAC : vendredi 09 septembre. Nous vous espérons aussi nombreux que le 17 juin dernier.

 

Le 17 juin dernier, 25 personnes ont participé à cette rencontre, 6 étaient excusées. Vous trouverez ci-dessous l’introduction de la présidente du CAC. 

« Le Collectif d’Action Citoyenne est né en 2009. Il m’a longtemps servi de structure de réflexion pour exercer mon mandat de conseillère générale. Pendant 7 ans, ses adhérents ont diffusé, sans faiblir, les 15 numéros de mon journal « Transparence » à toute la population de l’ex-canton d’Aiguebelle. Depuis un an, il vit de manière autonome, avec des moyens forcément plus réApéro 17 juin 1duits. Il n’a pas encore assez d’adhérents et, bien sûr, je vous invite à le rejoindre.

Le CAC situe son action à gauche … mais il ne se dit pas « de gauche », c’est-à-dire qu’il entend conserver sa part de liberté par rapport à la gauche politique, surtout en un moment où les hommes au pouvoir sèment la confusion et obscurcissent toute perspective de gauche.

1  –  Pourquoi cette initiative ?

Bien que non partisan, c’est-à-dire ne présentant pas de candidat, le CAC s’est toujours, à sa manière, intéressé aux élections politiques. Avec le nom qu’il s’est donné, d’ailleurs, c’est sa survie qu’il engagerait en ne le faisant pas. Donc, le CAC suit avec intérêt et attention les préparatifs des élections présidentielles. C’est une élection singulière, car c’est la seule où on peut encore choisir une part de son destin, sauf que :

  • Son fonctionnement, avec la qualification des deux seuls premiers, nous conduit à voter non en fonction du choix de ce destin, mais pour le candidat de son camp le plus susceptible de battre l’autre.
  • Les primaires, tant vantées comme la quintessence de la démocratie, fonctionnent de la même façon.
  • Enfin la répétition des promesses non tenues, conduit au désespoir et à la désaffection.

C’est pourquoi, dès le mois de février, nous avons réfléchi au moyen de rendre un peu la parole aux citoyens de notre « canton ».

Nous avons un peu tardé à mettre le tout en place, car il nous a fallu nous mettre d’accord, trouver un lieu, diffuser les invitations … Ce qui fait qu’aujourd’hui, d’autres ont adopté  des démarches voisines : Nuits debout, le Parti Communiste Français, Montebourg, Mélenchon et une « primaire ouverte » à des candidats citoyens (Pierre Louis Rémy).

Nous nous inscrivons dans cette mouvance qui cherche sa voie pour éviter ce second tour où on aurait à choisir entre Sarkozy / Juppé / Hollande et Le Pen.

Notre originalité, c’est de privilégier le dialogue entre nous. Nous avons conscience que c’est aussi  notre faiblesse : évidemment, depuis Aiguebelle, c’est une montagne.

Mais devant une montagne, on progresse modestement pas à pas … et c’est à cette condition qu’on arrive au sommet … C’est ce que nous vous proposons.

2  –  Nos engagements : 

  • Publier largement le résultat de nos débats, ce à quoi nous serons arrivés
  • Le faire parvenir à tous ceux que j’ai cités plus haut

 3  –  Les règles du jeu et le déroulement 

Nous avons fait un appel ouvert, ce qui implique que nous puissions nous trouver ici d’opinions sensiblement différentes. Cela nous oblige à vivre une démarche laïque, c’est-à-dire :

  • L’absolu respect les uns des autres : pas de posture de mépris, par exemple …
  • La nécessité de s’entendre, d’être d’accord sur les faits, au besoin en les vérifiant, avant de développer un point de vue.

A chaque réunion, le thème choisi majoritairement fait l’objet d’un débat approfondi. Si le débat est terminé, on valide la conclusion par un vote et on choisit le prochain sujet. S’il ne l’est pas, on continue une fois prochaine. »

Christiane LEHMANN, présidente du CAC

 

Collège de Cuines : les élus du Département ont voté la fermeture de l’internat …

Malgré les diverses oppositions exprimées, malgré l’avis contraire du Conseil d’Administration du collège, malgré le vote négatif du Conseil départemental de l’Education Nationale, les Conseillers départementaux persistent et signent : l‘internat du collège de St Etienne de Cuines sera fermé et le transfert de la fabrication des repas du restaurant scolaire à St Jean de Maurienne est fortement envisagé ! 

Au mépris de la qualité, au mépris de la proximité, au mépris du maintien des emplois …

Vous trouverez ci-dessous le texte de la lettre d’élus communautaires de La Chambre, adressée au Département.

Les onze conseillers communautaires de la 4C
ayant voté contre la suppression de l’internat
du collège de St Etienne de Cuines
Mairie, Place Jean Viard
73130 St Etienne de Cuines

Monsieur le Président du Conseil Départemental
Madame la Vice-Présidente en charge des collèges
Hôtel du Département
Château des Ducs de Savoie
 73018 Chambéry

Monsieur le Président du Conseil Départemental,
Madame la Vice-Présidente en charge des collèges,

Nous sommes onze élus de la Communauté de Communes du Canton de La Chambre. Le 24 février 2016, nous avons levé la main pour soutenir le voeu proposé par Monsieur le Président de notre Communauté de Communes, refusant la fermeture de l’internat du collège de St Etienne de Cuines ainsi que le transfert de la confection des repas de cet établissement vers St Jean de Maurienne.
La séance du conseil Communautaire était publique et dans la salle étaient présents des professeurs, des agents, des militants associatifs intervenant auprès des jeunes internes, des collégiens même, d’une étonnante maturité. Nous avons voté, souhaitant prendre en compte leur intérêt et l’intérêt de notre territoire : nous ne voulons pas voir disparaître les structures éducatives de l’ancien canton de la Chambre, nous pensons que cet internat a un avenir, là où il est, et qu’il peut avoir une vocation départementale. Nous avons cru en ce voeu, cru à ce que portait le vote du conseil communautaire de la 4 C, ce jour-là quasiment unanime (29 voix contre la suppression de l’internat sur 30 votants, seule Mme Chevallier, conseillère départementale, s’abstenant).

Depuis que la fermeture de l’internat a été annoncée au détour d’une cérémonie de voeux de nos conseillers départementaux en janvier 2016, nous n’avons eu de cesse que d’apporter des propositions concrètes permettant de maintenir cette structure et d’absorber, néanmoins, l’augmentation prévue des effectifs de collégiens. Le 25 avril, lors d’une commission de travail qui a réuni Mme Barbier, vice-présidente du Conseil Départemental en charge des collèges, des responsables de différents services départementaux et des représentants du conseil communautaire de la 4C, Monsieur le Maire de St Etienne de Cuines a évoqué la possibilité d’utiliser le plateau sportif situé entre le collège et le stade communal pour implanter de nouveaux locaux. Il vous a écrit le 20 mai 2016 en ce sens. Sa proposition n’a pas été sérieusement étudiée. L’association « Maurienne Lutte » avec son président Gilbert Ravoire a elle aussi formulé des propositions, comme la création d’une section sportive, de nature à renforcer la structure d’hébergement éducatif du collège.
Le 25 mai 2016, en présence des deux conseillers départementaux du canton, le Président de notre Communauté de Communes a souhaité consulter à nouveau le Conseil Communautaire, par un vote à bulletin secret cette fois. Nous sommes tous les onze restés fidèles à notre position d’origine, qui était une position de réflexion et de conviction. Vingt de nos collègues, ce jour-là, ont changé d’avis et se sont prononcés en faveur de la fermeture de l’internat.
Monsieur le Président du Conseil Départemental, Madame la Vice-Présidente chargée des collèges, nous vous demandons de bien vouloir prendre en compte l’avis majoritaire du Conseil d’Administration du collège de St Etienne de Cuines, l’avis majoritaire du Conseil Départemental de l’Education Nationale, l’un comme l’autre opposés à la fermeture de l’internat et au transfert de la confection des repas.
Nous sollicitons solennellement le maintien de l’internat du collège de St Etienne de Cuines à la rentrée 2016 et nous demandons aussi que soit conduite une étude très sérieuse des propositions faites par la mairie de St Etienne de Cuines, pour la création d’un atelier culinaire dans le même collège.
Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président du Conseil Départemental, Madame la Vice-Présidente en charge des collèges, l’expression de nos sentiments respectueux.

A St Etienne de Cuines le 29 juin 2016,

Les Conseillers Communautaires opposés à la fermeture de l’Internat,
Roger Arnoux (Ste Etienne de Cuines)
Claude Bérard (Ste Marie de Cuines)
Martine Bignardi (St Etienne de Cuines)
Gérard Bordon (Ste Marie de Cuines)
Philippe Bost (La Chambre)
Françoise Combet-Blanc (Ste Etienne de Cuines)
Jacqueline Dupenloup (St Alban des Villards)
Philippe Girard (Ste Marie de Cuines)
Dominique Lazzaro (Ste Etienne de Cuines)
France Pernet (St Rémy de Maurienne)
Jean-Louis Portaz (La Chapelle)

Communauté de Communes PORTE de MAURIENNE

Com-com[1]

1  –  Consensus au Conseil communautaire du 22 juin, où tous les rapports ont été votés à l’unanimité.

Tout juste quelques réserves  –  mais qui ne concernaient pas la COM-COM  –  sur les propos du responsable de Pôle Emploi. Par exemple, à Bernard FARGEAS, Maire de Montsapey, qui pointait le nombre important de travailleurs détachés dans le chantier du Lyon-Turin, il a été répondu que les employeurs n’avaient pas intérêt à recourir aux détachés mais qu’ils ne trouvaient pas suffisamment de personnel en Maurienne, et que les salariés étaient payés comme les Français. Cette dernière affirmation n’est que partiellement exacte : les cotisations sociales sont celles du pays d’origine.

2  –  La vie des habitants était bien présente dans les débats, puisqu’il a été question :

  • de chômage, en régression dans la vallée, mais qui touche encore 3 500 personnes par an dont 441 à Aiguebelle. 1 000 jeunes par an, dont une centaine de Porte de Maurienne, s’adressent également à la Mission Locale Jeune. Ils sont statistiquement plus diplômés qu’ailleurs, mais la clé prioritaire pour accéder à l’emploi est … le permis de conduire. Les jeunes d’Aiguebelle sont fort intéressés par le dispositif « garantie jeune » qui est un accompagnement collectif vers l’emploi, avec un très petit salaire (461 € par mois) moyennant l’engagement d’accepter tout type d’emploi (partiel, complet, CDD, intérim…)
  • des forêts privées, pour lesquelles une convention sera passée avec les Sylviculteurs des Hurtières
  • de 170 km de sentiers de randonnée qui vont être aménagés, pour un coût de 88 000 € aidé à hauteur de 25 000 € par le Conseil départemental
  • de l’office du tourisme qui se développe
  • de la santé, pour lancer les premières opérations d’une maison de santé
  • de l’Ecole de Musique, dont la gestion va passer au SPM
  • du Haut-Débit, pour lequel la délibération favorable au versement de 588 000 € en 10 ans, demandés par le Conseil départemental, a été prise, sous réserve que la commune de Montsapey soit aussi desservie, et que les fibres mises en place à Epierre soient reprises par l’entreprise délégataires (moyennant contrat avec Fibrea)

Enfin, la roselière (station d’épuration) prévue sur zone économique de La Pouille, aux nombreux lots inoccupés, coûterait 144 000 € HT. Cette dépense sera financée en partie par une contribution de 100 000 € de Péchiney, dont l’usine implantée sur la zone a fermé il y a maintenant de nombreuses années.

Ce n’est donc pas ce poste qui justifie les emprunts annoncés dans la presse par le Président, mais l’agrandissement de la crèche intercommunale.

Des nouvelles des anciens patrons de SPIREL (Plus de 200 salariés licenciés dans cette entreprise de St Rémy de Maurienne)

SOMFY 2015

Une famille très fortunée, un État lésé, et pour les salariés …

2è jour marche 2

Ex bâtiments Spirel – St Rémy de Maurienne –  Juin 2016

Créé en 1960, SOMFY, est, aujourd’hui, leader mondial de l’automatisation des ouvertures et fermetures de la maison et du bâtiment et des systèmes d’alarme.
Présent sur les 5 continents, coté en Bourse , ce groupe est cependant resté familial avec pour actionnaire majoritaire, la famille Despature.

Somfy affiche, depuis longtemps, une solide santé financière, confortée en 2015 par de nouvelles hausses de chiffre d’affaires et de résultat.

Les principaux bénéficiaires en sont les actionnaires.
– Montant annuel moyen des dividendes ordinaires versés  :  40 millions €  auquel s’ajoute en 2014, un dividende exceptionnel de 392 millions €.
– Destruction volontaire de 436 800 actions en 2015 (voir nos explications), soit un montant de 88 millions € parti en fumée.
– Plus value boursière représentant 22 fois la mise de départ.

 A l’inverse, l’Etat et la collectivité sont pénalisés
– Pratique des prix de transfert visant à réduire l’impôt sur le bénéfice
– Forte réduction du taux effectif d’imposition : 10% du résultat en 2015 (22% en 2014)
– Aides versées à fonds perdu : le CICE d’un montant annuel de 2 millions € et le CIR de 4 millions €  noyés dans le dividende exceptionnel et la destruction d’actions.
– Exil Suisse et Belge de membres de la famille Despature, principal actionnaire.

Quant au personnel salarié et intérimaire, les informations données sont si peu précises, qu’il est difficile d’en dégager une analyse cohérente. Le principal constat possible est la baisse des effectifs en France, au profit de la Pologne et de l’Europe du Sud.

Et  les ex salariés  de Spirel, ex filiale savoyarde, en lutte pour faire reconnaître le préjudice subi sont traités avec un profond dédain.

LIRE la SUITE de l’ARTICLE dans : http://www.cuisinedespatrons.com/somfy-2015